Le sel… comme un goût amer

Publié par novadminacces le

Le sel… comme un goût amer

Articles sur la naturopathie à Loches

Il existe comme cela des boucs émissaires tout désignés en matière de santé, des éléments qui n’ont rien demandé et qui se trouvent sur le banc des accusés déjà lynchés par l’opinion publique avant même qu’ils n’aient pu esquisser l’ombre d’un début d’argument de défense. Sans même parler du cannabis qui rôtit bien au chaud en enfer et incarne quant à lui le mal absolu, on trouve parmi cette engeance des entités d’apparence plus fréquentable comme le soleil ou encore le sel.

Le soleil, on le tolère car on ne peut pas encore lui interdire de se lever le matin et de se coucher le soir (mais ça viendra, sûrement). Le sel,  en comparaison, fait figure de proie facile. On le chope dans ses  marais infâmes et on l’envoie direct dans des entrepôts de salaison en altitude, à la place qu’il mérite, loin de toute civilisation humaine où il pourrait exercer à son encontre son entreprise diabolique.

J’exagère !? Oui, un peu (j’avoue). Mais quand même… Hypertension, AVC, crises cardiaques, insuffisance rénale, ostéoporose, calculs rénaux, cancer de l’estomac, obésité, diabète, asthme… Même le cannabis ne peut se targuer d’un tel tableau de chasse… (c’est dire !). Quoiqu’il en soit, l’addition est salée…  Pendant ce temps-là, évidemment, le sucre se pavane tranquillement, comme un gentil loubard que tout le monde aime bien…

Il y a 2000 ans, Jésus croyait faire un compliment en disant à ses disciples qu’ils étaient le sel de la Terre… Mais pouvait-il savoir à l’époque toutes les horreurs que commettrait cet agent envers la race humaine ? Son Père aurait sans doute pu le lui dire mais cela aurait enlevé de la Bible un joli vers empli de poésie et au fond, on peut penser qu’Il a bien fait de ne pas intervenir.

Alors me direz-vous, comment le Saint-Sel du départ en est-il venu à se faire excommunier ? En réalité c’est assez simple. Cela est lié au fait que le sel que l’on trouve généralement dans le commerce (le plus commun et le plus consommé) est devenu tellement raffiné qu’il s’est… affadi ! Un comble, pour un exhausteur de goût !! Plus précisément, il s’est retrouvé dénué de toutes les autres substances qu’il contient lorsqu’on le ramasse dans la mer et qui constituent justement son réel intérêt.

Explications. Le sel grisâtre de l’Atlantique, non raffiné, contient tous les minéraux nécessaires à la vie (et Dieu sait qu’ils sont importants… Jésus aussi visiblement !!). Il contient les éléments suivants :   Ø  chlorure : 50 %, sodium : 33 %, soufre (0,8 %), Magnésium (0,4 %), Potassium (0,2 %), Calcium (0,1 %), Silice (0,05 %), carbone (0,05 %), Fer (0,01 %), Zinc (0,002 %), Manganèse (0,002 %), Cuivre (0,002 %), etc.  En fait, plus de 80 minéraux et éléments traces nécessaires à la vie.

Par contraste, le sel raffiné est composé de sodium et de chlorures. Qu’est-ce qu’un sel raffiné ? C’est un sel dont tous les minéraux ont été enlevés. Il devient blanc, et comme cela, cela plaît plus au consommateur. Ajoutons à cela qu’un peu d’iode y a été incorporé, afin de prévenir la formation des goitres.

La vie s’est développée d’abord dans puis autour des océans. De là à penser qu’un lien étroit unit la vie et le sel, élément si abondant en mer…  L’importance du sel dans le fonctionnement de notre corps achève de nous convaincre de cela. Si nous aimons le sel, ce n’est peut-être pas fortuit. Avez-vous déjà goûté des frites sans sel ? Honnêtement, cela n’a plus rien à voir. Les pâtes, le riz, les pommes de terre, la viande, les routes… que ne salons-nous pas ? Comme nous avons soif quand notre corps réclame de l’eau, nous avons faim de sel car notre corps en réclame chaque jour.

Le hic, c’est que les humains ont évolué en consommant le sel à l’état naturel, non transformé. Les enzymes et les hormones de notre organisme sont faites pour fonctionner à partir de sel entier. La conséquence d’utiliser un sel raffiné, transformé, est un système immunitaire qui fonctionne moins bien, une induction de maladies chroniques et la promotion d’une hyperacidité.

Catégories : Non classé